© 2013 Pierre Grandidier. All rights reserved.

57ème anniversaire du village de Santo Domingo de la Capilla

Vendredi, jour de marché dans le village où le gardien fait ses courses tout en jetant un coup d’oeil sur la contrebande de vente d’arbre.
Les agriculteurs ont stationné leurs chevaux, mulets et ânes aux abords du village et exposent leurs produits dans le dédale de rues pentues.
La fanfare joue sous le kiosque devant l’église pour le 57éme anniversaire du village. Trois jours de fête s’enchaînent avec des matchs de mini-foot par équipe de 6, tantôt masculin, tantôt féminin, des lectures de poèmes écrits pour l’occasion, des chansons, des groupes de musique traditionnelle, un groupe de cumbia local, des feux d’artifice, l’envol de montgolfières en papier ainsi que des pétards jusqu’au bout de la nuit.

Dans la rue, un homme nous accoste pour une interview en direct à la radio locale où nous encourageons les habitants à venir dans le parc pour découvrir la richesse de sa biodiversité que peu protègent.
Suite à cette émission, un homme nous reconnaît et nous demande conseil pour un programme de reforestation de son village, puis c’est au tour du maire qui nous invite à monter sur scène pour la distribution des cadeaux aux participants de la fête. Des tee-shirt, des couvertures, de l’argent pour les équipes de foot et 1 veau pour l’équipe gagnante.

Le lendemain, comme tous les 2 samedis du mois, des gens se rassemblent au coliseo de los gallos pour les combats de coq. Les gens descendent des mini-bus avec leur coq en laisse, l’arène se remplie d’une cinquantaine de coqs qui passent chacun leur tour sur la balance. C’est officiel au Pérou et des sommes d’argent circulent. Cela dure 1 à 2 mois pour préparer un coq, ce qui consiste à lui muscler les pattes. Le combat se fait entre 2 coqs de même poids et même taille, le propriétaire devant sortir de l’arène. Si 1 coq est à terre en moins de 45 secondes, le coq gagnant accède au podium et se partage le gain du jour avec les autres dans le même cas. Le gain varie entre 4 et 3000 soles (1200 et 900 euros). Sinon, le combat s’arrête au bout de 8 minutes et le perdant perd les paris qui peuvent varier suivant les accords pris. Les coqs sont équipés de pics en os, ou fibre, scotchés à leurs pattes, qui peuvent être changés maximum 2 fois en cas de casse au cours de combat.
Cela dure 8-9 heures pour que chaque coq combatte et certains sont tués sur le coup.



 

--> PDF doc.