Dabid Laborier © 2010 Pierre Grandidier. All rights reserved.

David Laborier à la Banque de Luxembourg

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Non, David Laborier n’abandonne pas la guitare pour se lancer dans un fonds d’investissement. C’est tout le contraire: le guitariste luxembourgeois est venu électriser et faire swinguer le public de la Banque de Luxembourg dans le cadre des Jazz Nights, organisées par la banque et le label Waltzing Parke.

A la fermeture des bureaux, ce vendredi 23 avril, une bonne centaine de mélomanes privilégiés ont eu la chance de venir écouter David Laborier (sur guitares Gibson L5 et Fender Statocaster) accompagné de Romain Heck à la basse et de Michel Mootz à la batterie, dans l’auditorium de la banque, très belle salle aux grandes courbes vêtue de bois clair.

Des deux albums de David chez Waltzing Parke (tease et Ye Ole Truckstop), nous avons pu écouter une ballade, et tout le reste du répertoire était inédit dans sa discographie.

On peut donc s’attendre à de nouvelles pépites riches en émotions pour les années à venir car le potentiel des morceaux joués est plus que prometteur. A noter tout particulièrement une reprise de Jeff Beck (dont on ressent nettement l’influence lorsque David improvise sur sa Stratocaster) et une nouvelle composition, l’africanisante A1, avec sa mélodie au parfum malien, que David Laborier et Michel Mootz avaient inaugurée à Bremen l’année dernière.


 

--> PDF doc.